Google+ Followers

vendredi, novembre 23, 2007

Le matou

J'ai eu une percée technique majeure avec cette image. Premièrement, je l'ai recommencé deux fois. Je la voulais stylisé comme le sketch original. Le plus gros problème que j'ai eu c'est avec le poil que je voulais assez réaliste, mais je n'arrivais pas à faire un beau dégradé avec les multiples hachures. Mes pointes pour gratter n'étaient jamais suffisamment aiguisé. Je suis allé m'acheter une meule à eau avec une grit de 250, c'était bon pour un aiguisage grossier mais pas encore suffisamment lisse. Finalement j'ai essayé une rondelle de caoutchou dure qui venait avec un kit de dremmel (outil rotatif) et ça fait tout simplement des merveilles. C'est tellement facile de faire avec précision chaque trait ou encore d'être plus spontané. Disons que j'étais assez joyeux quand j'ai vu tout ce que je pouvais faire avec des instruments bien aiguisé. Maintenant j'ai l'impression que la seule limite que je peux avoir avec le Scratchboard c'est le dessin.


5 commentaires:

  1. Magnifique ! Un livre complet sur les chats serait flabergastanesques !

    RépondreEffacer
  2. T'es pas mal cool Paulo! merci!
    En fait je me suis engagé à faire une expo à la galerie de l'AIIQ avec le parc Lafontaine comme thème. Donc c'est sûr qu'il va y avoir quelque pitous, canard, écureuil...

    RépondreEffacer
  3. Je suis heureuse de voir que tu ajoutes enfin des pages sur ton blog.
    Merci pour tous ceux qui comme moi vienne faire un tour dans tes fenêtres.
    J'ai commencé un blog en décembre dernier. Tu es le bienvenue.
    http://www.linerouge.blogspot.com/

    Line

    RépondreEffacer
  4. Il est vraiment superbe Martin ce gras minet !!

    J'aime aussi ta manière de traiter l'architecture sur l'illustration juste au dessus et je suis bien curieuse de voir comment va évoluer ton projet !

    RépondreEffacer
  5. merci Line Rouge et Mélanie. j'ai commencé depuis un bout l'image d'architecture au scratchboard, mais comme d'habitude j'ai peur de manquer mon coup, fait que je le repousse dans le temps. Mais ça viendra!

    RépondreEffacer